UNE DÉCENNIE HEUREUSE ? – L’EDITO DE MICHEL ZARKA

Written by Theano Advisors

v

0

March 18, 2020

Nous voilà rentrés depuis quelques jours dans la troisième décennie de ce siècle. L’héritage des deux premières est chargé de tensions sociales, religieuses et politiques.

L’injustice est criante, connue de tous, source de multiples souffrances et hélas la théorie du ruissellement tarde à se matérialiser, si elle ne le fait jamais. La dette vis-à-vis de l’environnement, bien plus sérieuse et périlleuse que la dette financière s’est accrue et impactera durablement les générations futures. La démocratie, alpha et oméga de tous ceux qui gouvernent en son nom, s’appauvrit voire recule dans le monde à quelques exceptions près. Les avancées technologiques récentes sèment autant de troubles qu’elles ne permettent aux humains et à la planète de gagner en confiance dans l’avenir. Des utopies orwelliennes gagnent ceux qui travaillent sur notre futur rendant les humains et plus globalement les vivants esclaves ou soumis à l’artificialisation des organes, de la pensée, du sol, des souvenirs…

En vingt ans, on sombre de l’espoir millénariste à la théorie de l’apocalypse.  Attendrons-nous 2050, voire 2100, dates des bornes sinistres pour réagir, sombrerons-nous dans le « troptardisme » et la mutation ? Pour ce qui me concerne, je m’y refuse. 

Quelques grandes tendances doivent nous permettre de dessiner un avenir prometteur pour l’humanité et l’environnement.

 

  1. La génération 2000 prend toute sa place dans les débats de société. Elle porte une conscience forte des injustices, des injures faites à l’environnement, à la démocratie. Elle exige de se tourner vers l’avenir et oublie totalement (sans la négliger) les trente glorieuses, puis les trente piteuses. C’est ce regard vers l’avenir qui est en lui-même porteur d’espoir.
  2. L’environnement, son équilibre, sa préservation, sa résilience sont les premières préoccupations de cette génération qui tire et tirera de plus en plus les précédentes vers elle dans un esprit d’exigence et d’espoir, même si certains prophètes continueront de pointer l’enfer.
  3. Contrairement aux discours politiques visant à créer des clivages, l’hybridation sociale et religieuse croît comme elle ne l’a jamais fait auparavant, et s’offre à nous dans la prochaine décennie comme une nouvelle conquête. De l’école à la ville, de l’éducation à l’urbanisme, de l’échange au marchand, l’hybridation sera la première source d’une société plus juste. Regardons autour de nous les forces d’inclusion et promouvons-les.
  4. Science avec conscience (merci Edgar Morin) portées par les progrès de sciences cognitives et de la biologie, hybridées aux sciences de la donnée, aux nanotechnologies ouvriront des vies nouvelles pour substituer à une artificialisation systématique, une approche raisonnée et maîtrisée, socialement et écologiquement acceptable de tous les domaines de la vie. L’enjeu ne sera plus que la science impose le progrès, mais que la conscience (cognition + biologie) oriente la science.
  5. L’arche de Noé ou le radeau de la méduse. Il y a tellement de défis à relever : accueillir 9 milliards d’êtres humains, réduire l’extinction des espèces, assainir la terre des déchets à cycle long, faire accéder les humains à l’éducation, dépasser les conflits religieux, donner des moyens de subsistance décente au plus grand nombre ; que la spontanéité, la solidarité et l’exigence des générations les plus jeunes sont requises pour, souvent, lutter contre le scepticisme des plus seniors, alors j’opte pour l’arche de Noé. Nous avons assez attendu pour qu’enfin une décennie heureuse s’ouvre.

C’est dans cette perspective positive et dans le soutien aux plus jeunes d’entre nous que je vous souhaite une belle première année de cette décade qui s’annonce palpitante !

 

édito écrit par Michel Zarka, co-fondateur et senior partner de Theano Advisors

0 Comments

Submit a Comment

Pin It on Pinterest